Benoît Biteau (EELV)

 

 

Résumé des prises de parole de l’eurodéputé (alors candidat) le 16 mai 2019 lors d’un débat organisé à Rochefort (17) par des organisations membres de la plateforme Pour une autre PAC.

 

 

 

Constat :

  • Le nombre de fermes a été divisé par 2 en 20 ans”.
  • “80% des aides de la PAC reviennent à 20% des agriculteurs(moyenne à l’échelle européenne, NDLR) .
  • La France n’est pas cohérente sur sa politique de réduction de l’usage des intrants chimiques (notamment les antibiotiques dans l’élevage et le glyphosate). Par exemple, elle accepte d’importer du soja OGM, qui doit être cultivé avec du glyphosate.

 

Vision & Ambition :

  • Il faut repartir d’une page blanche[1]
  • Partir du terrain pour mettre en oeuvre des nouvelles pratiques à échelle locale avant de prendre des initiatives politiques qui appuie ce changement.
  • Passer par des logiques régionalisées afin de “mieux coller aux territoires et aux attentes sociétales”.

 

Propositions liées à la réforme de la PAC :

  • Rompre avec la logique de piliers [2]
  • Mettre en place de Paiements pour Services Environnementaux (PSE). Ces derniers rémunèreraient les paysan·ne·s pour les  pratiques agricoles vertueuses pour l’environnement qu’ils mettent en place.
  • Renforcer la conditionnalité des aides (c’est-à-dire les conditions de base à respecter pour avoir accès aux paiements du premier pilier) pour inciter à la prise en compte de l’environnement.

 

[1] En effet, pour les futures négociations sur la réforme de la PAC, deux options sont possibles. Soit les eurodéputé·e·s décident, comme le souhaite Benoît Biteau, de repartir d’une feuille blanche, soit ils et elles reprendront les textes actuels pour les modifier à la marge.

[2] Aujourd’hui, la PAC est divisée en deux piliers. Le premier (70% du budget) attribue des “aides directes” aux agriculteurs et agricultrices, qui sont liées à la surface exploitée et son potentiel de productivité. Le second pilier porte sur le développement rural. Il apporte un soutien à certain·ne·s paysan·ne·s désavantagé·e·s du fait de leur situation géographique, et les accompagne vers de meilleures pratiques environnementales. Pour en savoir plus : https://pouruneautrepac.eu/comprendre-la-pac/