Mounir Satouri (EELV)

 

 

Résumé des pris­es de parole de l’eurodéputé (alors can­di­dat) le 7 mai 2019 lors d’un débat organ­isé à Brunoy (91) par des organ­i­sa­tions mem­bres de la plate­forme Pour une autre PAC.

 

 

Constat :

  • Il existe une dif­férence entre la bio (qui est une approche générale de pro­duc­tion en local, à petite échelle, en poly­cul­ture) et le bio (qui est un change­ment mar­gin­al, avec la sim­ple sup­pres­sion des intrants chim­iques de syn­thèse).
  • La Com­mis­sion a voulu accélér­er le vote sur la réforme de la PAC pour qu’il ait lieu avant les élec­tions européennes, et ain­si “empêch­er le débat citoyen”.

 

Vision & Ambitions :  

  • Avoir une exi­gence trans­ver­sale avec l’agriculture qui ne peut pas se lim­iter à une agri­cul­ture sans pes­ti­cides”.
  • Avoir une pop­u­la­tion agri­cole nom­breuse, pour des cam­pagnes vivantes et dynamiques.
  • Idéale­ment il faudrait que l’agri­cul­ture soit auto-suff­isante mais vu que les mil­liards de la PAC ont financé un sys­tème désas­treux, il faut aujourd’hui les utilis­er pour réori­en­ter l’agriculture, pour amorcer le change­ment de pra­tique vers un mod­èle agroé­cologique.
  • “La tran­si­tion vers un mod­èle agroé­cologique ne doit pas se faire pas “aux dépens des agricul­teurs” : “On ne se bat pas con­tre les agricul­teurs mais con­tre les lob­bies du secteur agro-indus­triel”.
  • La “pres­sion citoyenne doit accom­pa­g­n­er les ambi­tions poli­tiques”.

 

Propositions liées à la réforme de la PAC:

  • Arrêter les sub­ven­tions à l’exportation, source de con­cur­rence déloyale dans les pays du Sud par rap­port aux agri­cul­tures paysannes locales.
  • Accélér­er et encour­ager l’installation grâce à des aides, et lim­iter l’effet de rente par le pla­fon­nement des aides.

 

Autres propositions en matière de politiques agricoles :

  • Instau­r­er le pro­tec­tion­nisme vert sur critère envi­ron­nemen­tal”, pour ne pas importer des pro­duits qui ne respectent pas les stan­dards de pro­duc­tion européens.
  • Encour­ager les PAT (Pro­jets Ali­men­taires Ter­ri­to­ri­aux) qui por­tent une dynamique ter­ri­to­ri­ale, citoyenne et démoc­ra­tique. [1]

 

[1] Les PAT ont été créé par la Loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt de 2014 en France. Ce sont des pro­jets issus d’une con­cer­ta­tion à l’initiative de l’ensemble des actri­ces et acteurs d’un ter­ri­toire qui s’appuient sur un diag­nos­tic de la pro­duc­tion agri­cole locale et des besoins ali­men­taires, aus­si bien indi­vidu­els que dans la restau­ra­tion col­lec­tive.