Mounir Satouri (EELV)

 

 

Résumé des prises de parole de l’eurodéputé (alors candidat) le 7 mai 2019 lors d’un débat organisé à Brunoy (91) par des organisations membres de la plateforme Pour une autre PAC.

 

 

Constat :

  • Il existe une différence entre la bio (qui est une approche générale de production en local, à petite échelle, en polyculture) et le bio (qui est un changement marginal, avec la simple suppression des intrants chimiques de synthèse).
  • La Commission a voulu accélérer le vote sur la réforme de la PAC pour qu’il ait lieu avant les élections européennes, et ainsi “empêcher le débat citoyen”.

 

Vision & Ambitions :  

  • Avoir une exigence transversale avec l’agriculture qui ne peut pas se limiter à une agriculture sans pesticides”.
  • Avoir une population agricole nombreuse, pour des campagnes vivantes et dynamiques.
  • Idéalement il faudrait que l’agriculture soit auto‐suffisante mais vu que les milliards de la PAC ont financé un système désastreux, il faut aujourd’hui les utiliser pour réorienter l’agriculture, pour amorcer le changement de pratique vers un modèle agroécologique.
  • “La transition vers un modèle agroécologique ne doit pas se faire pas “aux dépens des agriculteurs” : “On ne se bat pas contre les agriculteurs mais contre les lobbies du secteur agro‐industriel”.
  • La “pression citoyenne doit accompagner les ambitions politiques”.

 

Propositions liées à la réforme de la PAC :

  • Arrêter les subventions à l’exportation, source de concurrence déloyale dans les pays du Sud par rapport aux agricultures paysannes locales.
  • Accélérer et encourager l’installation grâce à des aides, et limiter l’effet de rente par le plafonnement des aides.

 

Autres propositions en matière de politiques agricoles :

  • Instaurer le protectionnisme vert sur critère environnemental”, pour ne pas importer des produits qui ne respectent pas les standards de production européens.
  • Encourager les PAT (Projets Alimentaires Territoriaux) qui portent une dynamique territoriale, citoyenne et démocratique. [1]

 

[1] Les PAT ont été créé par la Loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt de 2014 en France. Ce sont des projets issus d’une concertation à l’initiative de l’ensemble des actrices et acteurs d’un territoire qui s’appuient sur un diagnostic de la production agricole locale et des besoins alimentaires, aussi bien individuels que dans la restauration collective.