Je mange donc dimanche, je vote !

Lien vers la tri­bune sur le site de Médi­a­part

23 mai 2019

La cam­pagne des élec­tions européennes s’achève. Elle n’aura que très peu abor­dé la Poli­tique Agri­cole Com­mune, plus gros bud­get de l’Union Européenne. Pour­tant, savoir si et com­ment nous pour­rons nous nour­rir demain est un enjeu pri­mor­dial.

   

La Poli­tique Agri­cole Com­mune (PAC) représente près de 40% du bud­get de l’Union Européenne (UE). C’est la seule poli­tique de l’UE qui nous touche aus­si directe­ment, chaque fois que nous man­geons. Prévue dans les deux ans à venir, sa réforme sera votée par les eurodéputés élus dimanche prochain. Elle déter­min­era rien de moins que notre capac­ité, ou non, à pro­duire l’alimentation de 600 mil­lions d’Européens de manière juste, saine et durable.

Aujourd’hui, la grande par­tie des 58 mil­liards d’euros de bud­get annuel de la PAC est attribuée aux paysan·ne·s suiv­ant des règles obsolètes et inéquita­bles, sans con­sid­éra­tions sociales, éthiques ou envi­ron­nemen­tales. Résul­tat, elle n’incite pas à sor­tir du mod­èle pro­duc­tiviste du siè­cle passé qui a des con­séquences désas­treuses : chute dras­tique du nom­bre de paysans, éro­sion de la bio­di­ver­sité — notam­ment par l’utilisation mas­sive de pes­ti­cides -, impor­tantes émis­sions de gaz à effet de serre, pol­lu­tion des sols et des eaux, et non-respect du bien-être ani­mal.

Cette sit­u­a­tion n’est pas une fatal­ité, c’est un choix poli­tique. Nos futur·e·s député·e·s européen·ne·s voteront la prochaine réforme de la PAC. Par son impor­tance budgé­taire, nous devons en faire un for­mi­da­ble levi­er de trans­for­ma­tion du mod­èle agri­cole et ali­men­taire européen au béné­fice de toutes et tous. Pour cela, elle doit accom­pa­g­n­er la tran­si­tion agroé­cologique et soutenir l’agriculture biologique, organ­is­er les marchés pour rémunér­er décem­ment les paysan·ne·s tout en réaf­fir­mant l’objectif de sou­veraineté ali­men­taire des peu­ples en Europe et ailleurs, et favoris­er des pra­tiques d’élevage respectueuses du bien-être ani­mal. Assur­er la péren­nité d’une ali­men­ta­tion saine et diver­si­fiée acces­si­ble à toutes et à tous n’est pas une chimère : c’est une néces­sité, à portée de vote.

Au cours du mois de mai, la plate­forme Pour une autre PAC a organ­isé une trentaine de débats partout en France avec les groupes locaux de nos organ­i­sa­tions mem­bres. Citoyen·ne·s, paysan·ne·s et candidat·e·s (plus de 70 !), y ont échangé sur ce sujet qui nous con­cerne tou·te·s : com­ment faire pour que le con­tenu de nos assi­ettes rémunère digne­ment les producteur·rice·s, tout en préser­vant la planète et notre san­té ? Par ces ren­con­tres, nous avons amené les can­di­dats à s’emparer de ce sujet cen­tral.

Notre con­clu­sion à l’issue de ces débats : nom­breuses sont les listes dont le pro­gramme inclut des mesures favor­ables à une agri­cul­ture plus écologique mais seule­ment cer­taines pro­posent une vision glob­ale cohérente, c’est-à-dire qui ne soumet pas l’agriculture européenne au libéral­isme économique et préserve le principe de sol­i­dar­ité de l’UE.

Les élec­tions européennes se font à la pro­por­tion­nelle : il suf­fit qu’une liste obti­enne 5% des voix pour qu’elle soit représen­tée au par­lement européen. Une oppor­tu­nité de vot­er pour un pro­gramme par choix, sans se deman­der si la liste qui le porte arrivera en tête. Le 26 mai, chaque vote aura un impact direct sur le con­tenu de nos assi­ettes, celles de nos enfants, en Europe et dans le monde. Dimanche, je mange donc je vote !

Les comptes ren­dus des débats sont acces­si­bles sur le site inter­net de la plate­forme :

https://pouruneautrepac.eu/nos-campagnes/elections-europeennes/compte-rendus-des-tables/  

Les 12 pri­or­ités de la plate­forme :

https://pouruneautrepac.eu/notre-vision/nos-12-priorites-pour-la-paac-post-2020/