Salon de l’Agriculture 2020 : Lettre ouverte aux paysans français d’aujourd’hui et de demain

Lien vers la tri­bune sur le site de Ouest France

Alors que s’ouvre l’édition 2020 du Salon inter­na­tion­al de l’agriculture sous la ban­nière « l’agriculture vous tend les bras », les organ­i­sa­tions mem­bres de la plate­forme Pour une autre PAC (1), asso­ciant paysans et citoyens engagés, pren­nent au mot cette main ten­due et affir­ment que l’agriculture nous con­cerne tous.

Chaque année, le Salon de l’agriculture expose ses pro­duits de ter­roir, ses charo­lais­es aux robes ruti­lantes, ses paysans fiers de partager les fruits de leur labeur avec les con­som­ma­teurs. Reflet d’une pro­fes­sion heureuse tout entière dédiée à la qual­ité, ou plutôt image idyllique qu’une par­tie de la pro­fes­sion souhaite ren­voy­er ? En réal­ité, paysans et non paysans s’accordent sur le car­ac­tère alar­mant de la sit­u­a­tion actuelle du secteur : revenus agri­coles dra­ma­tique­ment bas, con­science de la demande crois­sante des con­som­ma­teurs pour une ali­men­ta­tion de prox­im­ité exempte de pro­duits de syn­thèse et respectueuse du bien-être ani­mal, absence de renou­velle­ment généra­tionnel des act­ifs agri­coles, men­ace du dérè­gle­ment cli­ma­tique et de l’érosion mas­sive de la bio­di­ver­sité sur les capac­ités de pro­duc­tion du pays, raré­fac­tion de la ressource en eau, etc.

Rap­pelons toute­fois que la Poli­tique Agri­cole Com­mune sub­ven­tionne mas­sive­ment les agricul­teurs européens. Fin 2020, sa réforme sera scel­lée à la fois au niveau européen et au niveau nation­al. Cette réforme con­stitue la dernière oppor­tu­nité pour redonner une voie d’avenir au secteur agri­cole sur la prochaine décen­nie, avant que des ten­dances irréversibles ne soient franchies (en ter­mes de nom­bre d’agriculteurs comme en matière d’écologie). Si nous sommes capa­bles de partager les con­stats, nous devons être capa­bles de nous enten­dre sur les solu­tions à pré­conis­er pour la PAC post 2020.

C’est juste­ment l’exercice con­duit par la plate­forme Pour une autre PAC, forte de l’expérience de ter­rain de nos organ­i­sa­tions paysannes cou­plée à la prise en compte de tous les enjeux sur lesquels la PAC a un impact : accès à une ali­men­ta­tion saine, diver­si­fiée et acces­si­ble à tous, dynamisme des zones rurales, renou­velle­ment des généra­tions, bien-être des ani­maux d’élevage, préser­va­tion de la bio­di­ver­sité et de la ressource en eau, lutte con­tre le change­ment cli­ma­tique, sou­veraineté ali­men­taire, san­té publique. Entre monde paysan et représen­tants des citoyens, le dia­logue, le partage d’une vision poli­tique et la co-con­struc­tion de propo­si­tions poli­tiques sont pos­si­bles ! Ain­si, la plate­forme Pour une autre PAC a élaboré un pro­jet com­plet de réforme pour la PAC post 2020, à la fois ambitieux dans les choix poli­tiques qu’il des­sine et ouvert à tous les paysans, quelles que soient leurs pra­tiques actuelles. Il ne met de côté aucun des défis que la prochaine PAC devra relever – de l’encadrement des marchés agri­coles à l’accompagnement de la tran­si­tion agroé­cologique, car l’ensemble de la société est con­cerné par cha­cun d’entre eux.

Dans le cadre des négo­ci­a­tions pour la réforme de la PAC, un débat pub­lic sera lancé dimanche 23 févri­er et ouvert jusqu’à fin mai. Il représente l’occasion d’éviter une fer­me­ture sur lui-même du monde agri­cole, à l’heure où la société tout entière devrait con­sid­ér­er le car­ac­tère indis­pens­able du tra­vail des paysans et où le sys­tème agri­cole dans son ensem­ble doit être revu pour répon­dre à l’intérêt général. En effet, seule une réori­en­ta­tion du mod­èle agri­cole et ali­men­taire pour­ra sor­tir les agricul­teurs de l’ornière dans laque­lle ils se trou­vent, pris­on­niers d’un sys­tème. Cepen­dant, l’ampleur et le rythme des change­ments req­uis se heur­tent à l’opposition farouche des représen­tants de cer­tains syn­di­cats agri­coles et lob­bies de l’agro-industrie, à l’image de récentes ten­ta­tives de réforme des poli­tiques agri­coles allant pour­tant dans le sens d’une ali­men­ta­tion plus saine, plus respectueuse de l’environnement et du bien-être ani­mal.

Unis­sons-nous pour deman­der aux respon­s­ables poli­tiques qui arpen­teront les allées du Salon de l’agriculture dans les prochains jours d’oser une vraie réforme de la PAC ! Trans­for­mons-la en un nou­veau PAACte (pacte fondé sur une Poli­tique Agri­cole et Ali­men­taire Com­mune) entre les paysans et la société, per­me­t­tant tout à la fois aux pre­miers de vivre fière­ment de leur méti­er et à leurs conci­toyens de béné­fici­er des bien­faits de leur activ­ité.

(1) Liste des 41 sig­nataires et mem­bres de la plate­forme :

  • Organ­i­sa­tions paysannes : Afac – Agro-forester­ies, Con­fédéra­tion paysanne, FADEAR, FNAB, MRJC, RENETA, Réseau CIVAM, Terre de liens, Terre et Human­isme, UNAF.
  • Organ­i­sa­tions de pro­tec­tion de l’environnement et du bien-être ani­mal : Agir pour l’environnement, CIWF, Fédéra­tion des CEN, Fédéra­tion des PNR, FNH, FNE, Généra­tions futures, Green­peace, Human­ité et Bio­di­ver­sité, Les Amis de la Terre, LPO, Réseau Action Cli­mat, Wel­farm, WWF.
  • Organ­i­sa­tions de sol­i­dar­ité inter­na­tionale : Action­Aid France, Agter, ATTAC, CFSI, ISF-Agrista, SOL, Réseau Foi et Jus­tice Afrique Europe.
  • Organ­i­sa­tions de citoyen·ne·s — consommateur·rice·s : Bio Consom’acteurs, Citoyens pour le cli­mat, CMR, Com­merce équitable France, Généra­tions Cobayes, Les Amis de la Conf, Miramap, Reso­lis, Sec­ours Catholique, Slow Food.