Retour sur le site de Pour une autre PAC

Allemagne

Contexte agricole

L’agriculture alle­mande présente une grande diver­sité régionale et béné­fi­cie de poli­tiques dif­féren­ciées par Land. Le sud (essen­tielle­ment Bav­ière et Bade-Wurtem­berg) compte de nom­breuses petites exploita­tions famil­iales, forte­ment soutenues par les Län­der, notam­ment au tra­vers du 2nd pili­er de la PAC. L’Est est car­ac­térisé par de très grandes exploita­tions tournées vers les grandes cul­tures ou le maraîchage, issues des grandes coopéra­tives de l’ancienne RDA, et qui emploient de nom­breux salariés agri­coles. Le nord-ouest con­stitue une région d’élevage inten­sif (pro­duc­tions porcine et laitière), dévelop­pé en syn­ergie avec le Dane­mark et les Pays-Bas voisins.

Depuis décem­bre 2021, l’Allemagne a un nou­veau min­istre de l’Agriculture issu du par­ti des Verts, Cem Özdemir. Si la soumis­sion du PSN alle­mand à la Com­mis­sion européenne s’est faite après son entrée en fonc­tion, la copie rédigée par le précé­dent gou­verne­ment n’a été que très peu modifiée.

Source : Min­istère de l’Agriculture et de l’Alimentation

    • Allemagne
    • France
  • Nombre de fermes
    • Allemagne
    • France
    • 276 000 fermes
    • 457 000 fermes
  • Taille moyenne des fermes
    • Allemagne
    • France
    • 63 hectares
    • 63 hectares
  • Budget PAC
    • Allemagne
    • France
    • 6 milliards d'euros par an
    • 9 milliards d'euros par an
  • Agriculture biologique
    • Allemagne
    • France
    • 10 % de la surface agricole
    • 9,5 % de la surface agricole

Plan national de la PAC

L'Allemagne est plus ambitieuse que la France pour :

Soutenir les petites fermes
L’Alle­magne dédie une part plus impor­tante que la France au paiement redis­trib­u­tif dans le pre­mier pili­er (12 %) et rémunère plus forte­ment les tous pre­miers hectares grâce à un sys­tème de seuil, alors même que la taille moyenne des fer­mes en Alle­magne est équiv­a­lente à celle de la France.
Mettre fin aux inégalités dans les montants d'aide entre territoires
L’Alle­magne est passée avec cette nou­velle PAC au sys­tème de paiement unique uni­formisé (dit SAPS), qui met fin au besoin des détenir un « droit à paiement » pour béné­fici­er d’une aide.
Installer de nouveaux agriculteurs
L’Alle­magne sou­tient, via la PAC, un nom­bre plus impor­tant d’in­stal­la­tions que la France rap­porté au nom­bre d’ac­t­ifs agri­coles dans le pays.
Réduire le budget dédié aux aides favorisant un modèle agro-industriel
L’Alle­magne va pro­gres­sive­ment aug­menter son trans­fert budgé­taire du pre­mier vers le sec­ond pili­er, en pas­sant de 10 % en 2023 pour attein­dre plus de 15 % en 2026, sachant que le taux de trans­fert n’est encore que de 4 %.
Rémunérer les pratiques agricoles favorables à l’environnement
L’é­co-régime alle­mand rémunère de manière plus per­ti­nente et pro­por­tion­nelle les pra­tiques agri­coles en fonc­tion de leur niveau d’am­bi­tion envi­ron­nemen­tale. L’analyse com­par­a­tive des éco-régimes fournie par les ONG BirdLife, WWF et le Bureau européen de l’environnement mon­trent que la majorité des mesures de l’éco-régime alle­mand ren­dent des ser­vices envi­ron­nemen­taux intéressants.
Soutenir financièrement les fermes en agriculture biologique
L’Allemagne con­serve une aide au main­tien en AB dans son sec­ond pili­er, avec des mon­tants de sou­tien bien supérieurs à ce que la France accorde à ses fer­mes bio, bien que le bud­get glob­al retenu soit jugé insuff­isant pour attein­dre l’objectif ambitieux de sur­face en AB fixé à 30 % en 2030.
Améliorer le bien-être des animaux d’élevage
En Alle­magne, 10 % du chep­tel sera cou­vert par une mesure visant l’amélio­ra­tion du bien-être animal.