Retour sur le site de Pour une autre PAC

République Tchèque

Contexte agricole

La République Tchèque dis­pose d’une organ­i­sa­tion des struc­tures agri­coles inhab­ituelle en rai­son de la pré­dom­i­nance des grandes exploita­tions, un héritage de l’a­gri­cul­ture col­lec­tivisée sous la péri­ode sovié­tique. Il en résulte qu’une grande par­tie des ter­res agri­coles est con­cen­trée dans les mains de quelques grandes entre­pris­es, dans un pays où la sur­face agri­cole représente env­i­ron 50% de sa super­fi­cie, ce qui est com­pa­ra­ble à la France. Les prin­ci­pales pro­duc­tions sont la bet­ter­ave sucrière, la pomme de terre, le blé, l’orge et la volaille.

Après des élec­tions en fin d’année 2021, le nou­veau gou­verne­ment de Prague a revu la copie du PSN rédigé par ses prédécesseurs et décidé d’opérer une redis­tri­b­u­tion plus impor­tante des aides, au détri­ment des mastodontes his­toriques et à la faveur des plus petites fermes.

Sources : Wikipédia

    • République Tchèque
    • France
  • Nombre de fermes
    • République Tchèque
    • France
    • 26 500 fermes
    • 457 000 fermes
  • Taille moyenne des fermes
    • République Tchèque
    • France
    • 130 hectares
    • 63 hectares
  • Budget PAC
    • République Tchèque
    • France
    • 1,3 milliards d'euros par an
    • 9 milliards d'euros par an
  • Agriculture biologique
    • République Tchèque
    • France
    • 15 % de la surface agricole
    • 9,5 % de la surface agricole

Plan national de la PAC

La République Tchèque est plus ambitieuse que la France pour :

Soutenir les petites fermes
La République tchèque assure un virage impor­tant dans sa poli­tique agri­cole on intro­duisant un paiement redis­trib­u­tif à 23 % (plus du dou­ble de la France). Elle pro­pose égale­ment un paiement for­faitaire pour les fer­mes de moins de 4 ha. Elle opère ici un choix stratégique pour ren­forcer le sou­tien aux fer­mes à taille humaine, minori­taires dans le pays.
Rémunérer les pratiques agricoles favorables à l’environnement
L’é­co-régime tchèque pro­pose deux mesures dis­tinctes : l’a­gri­cul­ture de pré­ci­sion rémunérée (qui ne cor­re­spond pas à une approche sys­témique de l’a­gro-écolo­gie) et une sec­onde mesure con­stru­ite dans une approche glob­ale jugée plutôt per­ti­nente : l’agriculteur·rice doit respecter un cer­tain nom­bre d’ex­i­gences sur l’ensem­ble de ses cul­tures, qui ne peu­vent pas être choisies séparément.
Soutenir financièrement les fermes en agriculture biologique
L’a­gri­cul­ture biologique est rémunérée via une aide au main­tien en plus de l’aide à la con­ver­sion dans le sec­ond pili­er. Les organ­i­sa­tions de défense de l’AB au niveau nation­al jugent que ces aides sont à même de con­fér­er un avan­tage com­para­tif suff­isant à l’AB pour assur­er son développement.
Améliorer le bien-être des animaux d’élevage
La République tchèque cou­vre 35% de son chep­tel par une mesure dédiée à l’amélio­ra­tion du bien-être animal.