Lun­di 13 mai à la Bio­coop de Mon­treuil, après une présen­ta­tion des enjeux de la PAC et le témoignage de deux maraîch­ers (Flo­rent Seb­ban et Jérôme Véronique), une trentaine de citoyennes ont pu inter­peller les candidat·e·s présent·e·s sur les enjeux qui leur tenaient à cœur.

Constat et attentes des maraichers

Les 2 maraîch­ers ont com­mencé par exprimer leur con­stat sur la PAC actuelle et leurs attentes par rap­port à sa rené­go­ci­a­tion.

Leur con­stat : la PAC, via les primes à l’hectare, “pro­tège des grands céréaliers non renta­bles”. Eux se posi­tion­nent comme incar­nant une alter­na­tive vertueuse, puisque leurs fer­mes sont renta­bles sans les aides de la PAC grâce au mod­èle des AMAP qui créent une sol­i­dar­ité entre le paysan et ses con­som­ma­teurs, et assurent une rémunéra­tion sta­ble et juste aux paysans. Ils aimeraient alors voir les aides redirigées vers,  entre autres, le finance­ment d’AMAP, les cen­tres de recherche appliquée en col­lab­o­ra­tion avec les paysans, et les for­ma­tions aux agricul­teurs pour encour­ager la tran­si­tion. Ils insis­tent sur le pou­voir énorme de la PAC : “les 120€ par per­son­ne et par an que représente la PAC peu­vent tout chang­er. La vie peut chang­er du tout au tout : l’alimentation, le paysage, la qual­ité de l’eau, de l’air, l’activité économique…

Une « agriculture qui marche sur la tête » ?

          

Sur le bilan de la PAC actuelle, le même con­stat est partagé par tous les can­di­dats, qui dénon­cent un mod­èle agri­cole devenu « per­ni­cieux » (M. Carel, Renais­sance). Mme Jus­tum (Génération.s) rejoint le con­stat de M. Gar­cia-Badin (EELV), selon lequel « l’agriculture marche sur la tête », en effet, « on pro­duit pour 12 mil­liards de per­son­nes, mais on n’est pas capa­ble d’en nour­rir 6 mil­liards ». Si les dérives du sys­tème agri­cole à l’intérieur de l’Union Européenne sont évo­quées, les can­di­dats dénon­cent aus­si les cat­a­stro­phes sociales provo­quées par la PAC dans les pays du Sud, où les sub­ven­tions européennes per­me­t­tent de pra­ti­quer des prix arti­fi­cielle­ment bas, con­cur­rence déloyale qui ruine les pro­duc­teurs locaux.

La transition vers l’agroécologie

La tran­si­tion, c’est « le mot de la soirée » selon M. Carel. Une tran­si­tion que lui souhaite pro­gres­sive, en garan­tis­sant un revenu élevé aux agricul­teurs, et en ori­en­tant les aides vers des mod­èles pro­pres, pour ne plus « créer les con­di­tions de la con­som­ma­tion de masse ».


Les autres can­di­dats font front face à la “tran­si­tion pro­gres­sive” souhaitée par le can­di­dat de la majorité prési­den­tielle, car ils esti­ment que l’”on ne peut plus atten­dre” et qu’il faut agir vite. Dif­férentes propo­si­tions sont alors évo­quées : M. Gar­cia-Badin (EELV) pro­pose de sup­primer la bar­rière de l’âge [actuelle­ment fixée à 40 ans] pour les aides à l’installation et “d’invers­er le rap­port 75%-25% entre les deux piliers” ; Xavier Ricard (Urgence Ecolo­gie) souhaite met­tre en place une « PAC de tran­si­tion rapi­de », pour un change­ment rad­i­cal des pra­tiques en une poignée d’années, puis une « PAC de vitesse de croisière » pour main­tenir le nou­veau sys­tème ;  Romain Dureau (LFI) quant à lui, estime que la tran­si­tion agri­cole doit s’accompagner d’une remise en cause du libéral­isme économique et des traités de libre-échange.

La place des lobbies

          

La salle a ensuite inter­pel­lé les can­di­dats sur la place des lob­bies, sujet sur lequel les can­di­dats ne parta­gent pas tous le même avis. M. Carel (Modem, Renais­sance) rap­pelle que « tout le monde a ses lob­bies », et que le sys­tème européen est « l’un des mod­èles les plus trans­par­ents au monde ». Les autres can­di­dats dés­ap­prou­vent en bloc, et Mme Jus­tum (Génération.s) pro­pose la créa­tion d’un lob­by citoyen, com­posé de représen­tants de la société civile, de syn­di­cal­istes, et de citoyens. Ils seraient présents à tous les ren­dez-vous entre par­lemen­taires et lob­by­istes, pour assur­er la représen­ta­tion des intérêts citoyens, et surtout la trans­parence de ces réu­nions, puisque selon elle “les lob­by­istes, c’est comme les cafards. Ça aime l’ob­scu­rité”. Xavier Ricard (Urgence Ecolo­gie), lui, milite pour une inter­dic­tion de tous les lob­bies dans les couloirs du Par­lement, pure­ment et sim­ple­ment : “On va adopter une stratégie de guéril­la, leur ren­dre la vie infer­nale, pour répon­dre à l’indignation légitime des citoyens.

Une citoyenne dénonce ensuite la posi­tion hégé­monique de la FNSEA, syn­di­cat majori­taire, auprès de l’Etat. Elle demande à M. Carel “Êtes-vous prêt à remet­tre en cause les liens que vous avez avec la FNSEA?”, réponse de l’intéressé : “Cer­taine­ment pas. La FNSEA s’intègre pleine­ment dans notre mod­èle de représen­ta­tion, il est impor­tant de con­serv­er ce dia­logue pour l’expertise. Romain Dureau admet alors que si le syn­di­cat est « représen­tatif au regard de son poids dans les cham­bres d’agriculture mal­gré une forte absten­tion, il joue sou­vent con­tre les intérêts de ses adhérents ». De son côté, Flo­rent Seb­ban (maraîch­er bio) estime que l’on ne peut pas entre­pren­dre le change­ment de par­a­digme néces­saire si l’on garde la FNSEA et la grande dis­tri­b­u­tion comme parte­naire de dia­logue majeur.

Le glyphosate

M. Carel, can­di­dat de la liste issue de la majorité prési­den­tielle, con­cen­tre les ques­tions : “Que faites-vous de ce que dis­ent les sci­en­tifiques?”. Il répond que l’« on croit aux analy­ses et aux résul­tats des sci­en­tifiques, sinon on ne se poserait pas la ques­tion d’interdire le glyphosate. Mais avant de l’interdire, il faut trou­ver une solu­tion de rem­place­ment». Il est coupé par les autres can­di­dats qui esti­ment qu’il est temps « d’arrêter de se pos­er la ques­tion ». Tous veu­lent inter­dire le glyphosate et les intrants les plus dan­gereux pour la san­té au plus vite, et Romain Dureau (LFI)  pro­pose d’inter­dire aus­si l’importation de pro­duits ayant été au con­tact de  glyphosate.


Mal­gré un débat dynamique et des désac­cords de fond, le débat est resté cor­dial. Ce fut une belle occa­sion pour les can­di­dats, les citoyens et les paysans de dis­cuter ensem­ble de la pre­mière poli­tique de l’U­nion Européenne. 

Crédit pho­tos : Gaelle Rubeil­lon